Publié par : kimoki | 8 décembre 2008

La girafe bleue a perdu la tête

La girafe bleue marche dans la ville. Il fait nuit et froid. Après son errance francilienne et sa rencontre avec Kilin-san à la fête des lanternes, elle se demande où ses pas vont la mener. Tout lui semble inquiétant, et dans ce décor gris et or, le brouillard lui impose sa démarche incertaine. nuit-gris-or

Elle lève la tête pour pignocher quelques cages à graines argentées d’une clématite buissonnant au-dessus d’une porte cochère. Derrière, elle entend des bruits de chaîne métallique, et un chien qui grogne. La girafe bleue va s’en aller quand les deux battants s’ouvrent très lentement.
– Que faire ? elle entre finalement dans la cour pavée, très sombre.
Assommée, elle s’écroule. Du sang bleu coule de ses oreilles et de ses babines.

  • Dans son premier rêve, elle est vêtue d’une lourde robe brodée, au décolleté et manches ornés de dentelle fine. Des agrafes en or filigrané retiennent le manteau à traîne accroché à ses épaules. Elle tient à main une rose très rare, d’un bleu presque noir qu’elle respire lentement. Dans le cabinet du parfumeur, l’alambic chuinte sans fin. Le jus mêle plusieurs essences absolues de roses et de l’ambre liquoreux sur fond de bois et d’épices. Il y manque cependant cette touche de folie que la girafe bleue est seule à pouvoir ajouter. Trois larmes bleuâtres roulent enfin dans la cornue et dilatent leur âme poivrée sous une flamme avide. Grisée par sa propre prouesse, la girafe bleue s’assied, puis s’assoupit.
  • girafe-en-reine-des-rosesgirafe-egyptienne

  • Dans son deuxième rêve, elle est allongée sur une table étroite, emprisonnée dans une gangue argileuse décorée, et elle est elle-même aussi la figure debout, compatissante, oignant d’une huile précieuse le sarcophage oppressant.

– Tant d’extravagance ne me mènera nulle part !
La girafe bleue se réveille et tenant sa tête à la main, elle s’enfuit à travers la ville endormie.

  • une histoire écrite par Blu Cypang, la nuit du 8 décembre 2008. Image et photomontages de Kimokicontes.
Publicités

Responses

  1. Dans les pénombres et cette effluve… hum, j’aime la suivre cette girafe bleue!

  2. L’aventure va continuer, à la moindre sollicitation faisant trébucher mon clavier dans le loufoque ou l’inconnu.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories